La Nativité (à gauche) et l'Adoration des Mages (à droite) sur une même oeuvre.

Epiphanie - les origines

Longtemps, l'Epiphanie fût plus important que le jour de Noël que nous connaissons.

 

Jusqu'à la fin du IV siècle l'Épiphanie est la grande et unique fête chrétienne  de la  " manifestation du Christ dans le monde ".

Cette fête a traditionnellemen lieu le 6  janvier.  Elle correspond à l'origine à une fête paienne. Autrefois, les Romains fêtaient les Saturnales. Ces fêtes duraient 7 jours et tout était autorisé .A cette occasion, les soldats tiraient au sort, grâce à une fève, un condamné à mort qui devenait "roi" le temps des réjouissances.

 

Dès le IVe siècle, certaines communautés chrétiennes d'Orient commencent à associer cette fête à la naissance de Jésus. Ce n'est qu'au XIIIe siècle que l'Eglise de France s'approprie cette fête   pour célébrer la naissance de Jésus et sa présentation aux rois Mages guidés par une étoile.

 

Depuis l'introduction d'une fête de la Nativité (Noël) le 25 décembre, l'Épiphanie s'est "spécialisée " de façons diverses selon les confessions et a adopté des sens variés.


Il y a dans l'Epiphanie un souvenir de Noël, et le peuple a longtemps confondu dans la même vénération, dans le même culte, la crèche de Noël, l'adoration nocturne des anges et des bergers, et celle des mages. Nous ne savons si à côté de la bûche de Noël, bouquet du foyer, les Français des premiers siècles du Moyen Age mettaient le large gâteau des rois. Mais ces fêtes sont si proches l'une de l'autre, il y a entre elles tant de mystérieux rapports, que c'est toujours le souvenir de Noël qui revit dans l'Epiphanie.

 

 

Origines de la fève et de la galette

La fève

Naturellement une fève est une graine : elle symbolise la récolte à venir alors on la glisse dans la galette (le soleil). Il s'agit d'une espérance d'abondance. Elle sert aussi à donner un pouvoir (la notion de roi), ce qui s'est fait pendant plus de mille ans jusqu'au moyen-âge vers la mi-décembre. La fève est une tradition romaine, de couleur noire ou blanche elle servait à élire les rois. Cette coutume s'est perpétrée à travers les âges. Dans les familles aisées elle fut rapidement remplacée par une pièce d'argent, voire d'or chez les plus fortunées.


En 1870, la fève en porcelaine fait son apparition.


Puis des petits objets en matériaux hétéroclites (plastique, céramique, verre etc.) sont réalisés ainsi que des santons, ou même des héros modernes de dessins animés ou de séries télévisées...

La galette

La galette des rois, est une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVe siècle.

La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée "part du Bon Dieu" ou "part de la Vierge", était destinée au premier pauvre qui se présenterait. (variante de recette Galette).

Coutumes françaises

La première part était toujours la "part du pauvre", la "part de Dieu et de la Vierge" et elle était désignée par le plus jeune enfant de la famille.


Il y avait aussi la part des absents ( le fils aux armées, le parent sur un vaisseau du roi, le pêcheur qui n'était pas rentré...)
La part était rangée dans la huche jusqu'à leur retour, une façon tendre de dire "on a pensé à vous". Si elle se gardait longtemps, sans s'émietter et sans moisir, c'était un bon présage.



En Franche-Comté, les enfants se déguisaient en Roi mage et portaient une ceinture dorée sur une chemise constellée d'étoiles. Ils allaient de porte en porte en chantant et en agitant des sonnettes réclamer leur part.


Exceptionnellement on trouve encore la galette de goumeau qui peut peser jusqu'à 150 kilos qu'on appelle aussi galette de goumeau bisontine, galette des rois ou papet. Faite de pâte briochée, on peut la retrouver chez tous les boulangers pâtissiers bisontins et quelques autres du département du Doubs.



En Basse Bretagne, c'est un pauvre tirant un cheval orné de buis et de laurier qui s'arrêtait de porte en porte pour recueillir la part des pauvres.



Dicton : "Un temps clair pour le jour des Rois nous annonce un regain de froid."

Commentaires

dimanche 07 janvier 2007

RiPPeR dit :justement...

je me demandais aujourd'hui ce que signifiait ce terme et en ouvrant mon netVibes je tombe sur le RSS de saisons-vives qui répond à ma question. Merci Saisons-Vives

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...