Espèces invasives d'animaux

Zone humide ou marais

Zone humide ou marais

L’introduction malencontreuse d’animaux exotiques est la première cause de disparition des espèces. La menace qui pèse sur notre patrimoine naturel, si nous n’y prenons pas garde, est réelle. Quels risques font courir à l'environnement des espèces invasives dites "allochtones" (étrangères - qui viennent d'une autre terre)  comme la perche soleil, la grenouille taureau, l'ibis sacré ou le ragondin... ?

Le ragondin

Originaire d'Amérique du Sud, le ragondin est apparu en 1870 en France, importé pour le commerce de sa fourrure. Parfaitement adapté au climat tempéré et ne connaissant aucun prédateur, la population de ce rongeur herbivore a connu une croissance exponentielle, atteignant 400 000 individus aujourd'hui. Mais l'animal, qui peut mesurer 1 m pour 10 kg, cause de sérieuses nuisances. Le ragondin utilise en effet les berges des marais et des canaux pour construire son terrier, ce qui accélère leur érosion et diminue leur résistance aux inondations. L'appétit vorace du ragondin menace également les espèces végétales aquatiques. En France, le rongeur est inscrit sur la liste des animaux "nuisibles" et fait l'objet d'une lutte intensive dans les zones agricoles situées entre les Pays-Bas et la région parisienne.

La grenouille taureau

Originaire des Etats-Unis, la grenouille taureau porte bien son nom : les plus gros spécimens peuvent mesurer jusqu'à 30 cm et peser 1 kilo ! Dans l'Hexagone, la grenouille taureau a été introduite en 1968 en Gironde à partir de quelques couples ramenés par un voyageur revenant d'Amérique pour son étang privé. Elle s'est ensuite répandue en Dordogne, en Charente et dans les Landes. Sans prédateur passé l'âge adulte et avec un taux de reproduction élevé (une femelle peut pondre jusqu’à 25 000 œufs), la grenouille taureau représente une menace sérieuse pour l'écosystème. Non seulement l'animal est cannibale et s'attaque aux rainettes (dont la population a considérablement diminué), mais il est si vorace qu'il se nourrit de poules d'eau, de tortues et même d'oiseaux !

L'écrevisse de Louisiane

Importée d'Amérique il y a plus d'un siècle, elle a été ramenée en France dans les années 70 pour faire face à la baisse de production de l'écrevisse locale. Colonisatrice des cours d'eau et des étangs, l'écrevisse de Louisiane est un monstre : elle peut mesurer jusqu'à 20 cm, creuser des galeries de 2 m grâce à ses immenses pinces et son taux de reproduction dépasse les 700 œufs par an !  Résultat : cette espèce prédatrice très agressive a non seulement fait disparaître notre écrevisse locale, mais elle s'est attaquée à d'autres poissons et amphibiens dont l'existence est aujourd'hui sérieusement menacée. En France, la population d'écrevisses de Louisiane est telle qu'en Gironde et dans les marais des bords de la Garonne, il y aurait deux ou trois tonnes de spécimens par hectare !
La présence de l'écrevisse entraîne une disparition des herbiers aquatiques,or ces herbiers sont indispensables à la vie et surtout à l'équilibre écologique des zones humides. Ils servent  entre autres d'abris à la faune, de sites de pontes pour les oiseaux et de producteurs d'oxygène nécessaire aux poissons.

L'ibis sacré

Echappés d'un parc animalier du Morbihan en 1994, des ibis sacrés ont peu à peu colonisé l’ensemble du littoral atlantique, de la Gironde au Finistère. Composée de quelques dizaines d'individus, la population d'ibis a rapidement augmenté provoquant de sérieuses menaces sur l'écosystème, notamment en raison de la prédation des ibis sur des espèces d'oiseaux protégées. Plusieurs cas d’attaque de colonie de sternes et de guifettes noires ont ainsi été relatés sur la côte atlantique, l'ibis n’hésitant pas à manger les œufs ou les jeunes en les chassant de leur nid. A l'heure actuelle, la population d'ibis s’élève à environ 5 000 individus établis dans l’ouest de la France. Mais la côte méditerranéenne subit actuellement le même phénomène de colonisation, à partir d’un autre parc zoologique.

La tortue de Floride

C'est l'histoire d'une mode qui a encore aujourd'hui de sérieuses répercussions sur l'écosystème français. Dans les années 70, la tortue de Floride a été importée massivement en Europe pour être vendue comme animal de compagnie. Des milliers de foyers ont acheté cette tortue, pas plus grosse qu'une pièce d'un euro, sans savoir que l'animal allait mesurer jusqu'à 30 cm, peser 3 kg et vivre jusqu'à 60 ans ! Résultat : des milliers de tortues de Floride ont été relâchées dans les étangs et cours d'eaux. Les conséquences furent désastreuses pour la cistude, notre tortue nationale. Beaucoup plus agressive et carnivore, sa cousine américaine a rapidement détruit la faune et concurrencé la niche écologique de la cistude. En France, la tortue de Floride est interdite à la vente depuis 1997.

La perche soleil

Elle vit dans les rivières de plaine aux eaux calmes, mais aussi dans les eaux stagnantes des étangs. Malgré son apparence inoffensive, ce beau poisson aux écailles multicolores est une véritable menace pour l'écosystème. Aujourd'hui classée comme nuisible, l'animal a été introduit en Europe en 1886 comme poisson d'agrément pour les aquariums. Certains spécimens ont par la suite été relâchés dans les rivières provoquant de sérieux ravages sur la faune locale. Redoutable prédateur, la perche soleil est en effet extrêmement vorace et se régale de larves d’insectes et de têtards, détruisant la diversité naturelle des étangs et cours d'eaux. Elle consomme également les œufs et alevins d'autres poissons, mettant en péril le renouvellement des espèces. En France, son éradication est recommandée. La perche soleil, une fois prise, ne doit pas être remise à l'eau ni être transportée vivante. Ce poisson est un excellent comestible.

Source AFP  

Commentaires

mardi 09 février 2010

Eco77 dit :plante dangereuse

voir aussi les PB causés par la Berce du Caucase dans ce site http://www.saisons-vives.com/frontoffice/index.asp?id=608

mardi 09 février 2010

Webmaster S.V. dit :RE à Brunelli

Commentaire intéressant sur les plantes invasives ! qui feront l'objet d'un prochain article dans la sous-rubrique adéquate de Informations - Nature... (celle-ci est consacrée aux animaux). Votre témoignage nous fait prendre conscience de la vigilance dont chacun doit faire preuve en toutes occasions. Merci.

dimanche 07 février 2010

Brunelli dit :plantes invasives et piscines ecologiques

Il faudrait aussi parler des plantes importées qui colonisent certains espaces. J'ai voulu faire installer chez moi une piscine "écologique", comme je dispose de mares naturelles très fournies en plantes d'eau, j'ai proposé à l'installateur de me charger de cette partie (je suis agriculteur et je pense savoir le faire au moins aussi bien qu'un marchand de piscines) Il a refusé, et au nom de l'écologie a voulu me vendre des plantes importées d'Afrique et du Chili. Sans pouvoir me dire si les espèces en question ne risquent pas de s'avérer incontrôlables. Je précise que je vis en Corse sous un climat chaud particulièrement propice à ce genre d'invasion sans contrôle. En particulier la gessie, plante d'eau qui garnit les aquariums et accompagne généralement les tortues de Floride qui finissent dans les rivières.

dimanche 31 janvier 2010

Une maman dit :je ne savais pas

Je regrette d'avoir relaché les tortues de ma fille dans un cours d'eau mais je croyais que venant de Floride elles n'allaient pas survivre et j'ai fait le geste pour ne pas contrarier ma petite fille qui ne pouvait pas les garder à cause des vacances.

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...