La colère des apiculteurs

Le pesticide Cruiser est utilisé pour traiter les semences de maïs contre le taupin, un insecte broyeur de récoltes. Cruiser avait été autorisé pour un an en janvier dernier dans l'Hexagone. Le gouvernement vient de prolonger l'autorisation pour 6 mois, et ce au grand dam des apiculteurs qui ont rebaptisé ce produit le « tueur d'abeilles ».

(Le taupin (vers fil de fer) pond dans le sol et ses larves provoquent des morsures au collet du maïs et font mourir les plantes)

Ce pesticide fabriqué par la firme Sygenta est interdit en Allemagne et autorisé en France depuis janvier dernier. A l'époque, le ministre de l'Agriculture, Michel Barnier, avait rappelé que la substance active contenue dans Cruiser, le thiametoxam, était autorisée au niveau communautaire. "Sur la base d'une analyse scientifique approfondie, notamment sur les effets sur les abeilles, l'AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) a donné un avis favorable pour la mise sur le marché du Cruiser en France ».

Le ministre avait aussi tenté de rassurer en disant que des précautions "maximales" avaient été prises et que « l'autorisation limitée à 1 an suivie d'une nouvelle évaluation, une limitation de la période avant le 15 mai afin de réduire la période de floraison, une utilisation autorisée uniquement sur le maïs ensilage, le maïs grain et le maïs porte-graine femelle ». L'autorisation a donc finalement été prolongée de 6 mois, son usage sur une même parcelle ne sera possible qu'une année sur trois.

Par ailleurs, le gouvernement a prolongé l'autorisation en même temps que le nombre de ruches sous surveillance. Il faut croire que cette précaution n'a pas suffit à calmer la colère des apiculteurs et les associations de défense de l'environnement qui envisage de saisir la justice. Pour France Nature Environnement, la décision prise est contraire au principe de précaution. La fédération rappelle que le fait que la décision soit prise pour 6 mois et non pour un an ne changeait rien puisque l'épandage allait couvrir « couvrir la récolte prochaine ».

MB

Source : www.en3mots.com

Commentaires

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...