Mis à jour 06/09/2012 12:44 - Crée le 24/05/2006 09:16

Rasage des dunes bordières

La dune bordière réagit comme un être vivant. C’est ce stock de sable qui borde la mer sous forme de monticule. Elle contribue solidairement à défendre l’arrière pays contre d’éventuelles inondations par la mer.

image_141.jpg

Lors des tempêtes, la dune bien engraissée reçoit le choc énergique des vagues dévastatrices et comme réaction elle relâche, immédiatement, son sable pour édifier dans les petits fonds une barrière naturelle pour casser l’énergie des vagues de tempêtes. Ainsi, le littoral s’autodéfend tout seul contre les inondations littorales et met à l’abri l’arrière pays du débordement de la mer.

La dune est considérée comme vulnérable et s’érode facilement une fois attaquée par les vagues essentiellement lors des tempêtes. Cependant, une partie de son sable est relâchée pour édifier dans les petits fonds les barres de déferlement. Ces dernières contribuent à déferler les vagues érosives loin de la côte.

Une problématique mondiale

Au niveau mondial, les côtes jouent un rôle déterminant dans le développement économique des régions et des conditions de vie des riverains. D’un point de vue environnemental, les côtes constituent des liens fragiles Terre-Mer dont la stabilité est régulièrement menacée. Les interventions de l’homme ont modifié leur équilibre naturel, défiguré leurs paysages et souvent provoqué des dégâts irréversibles.

Ces effets peuvent s’exercer jusqu’à une distance importante des côtes et provoquent des dégâts, allant du retrait des côtes à l’invasion des terres basses, par les mers et les océans. L’autre menace qui pèse actuellement sur les côtes est l’effet des changements climatiques.

Les conséquences potentielles de ces phénomènes sont considérables. La force et la capacité de transport des courants océaniques s’en trouvent modifiées. La vitesse d’érosion des côtes est de plus en plus accélérée et le retrait est plus marqué.

L’augmentation du niveau de la mer, la puissance et la fréquence des phénomènes climatiques ont aggravé la menace sur la stabilité des côtes fragilisées.

Si des actions soutenues de prévention et de préservation ne sont pas entreprises d’urgence, les écosystèmes disparaîtront peu à peu et les possibilités offertes aux générations futures en termes d’héritage environnemental, de production de richesse et d’emploi seront incontestablement compromises.

Commentaires

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...