Un El Nino en 2006 ?

Les données transmises par les satellites d’études de la Terre en attestent : El Niño est de retour depuis le mois de septembre. La version 2006 de ce phénomène climatique cyclique n’aura cependant rien à voir avec celui de 1997-98, qui avait provoqué des pluies torrentielles et meurtrières en Amérique du Sud et une sécheresse dramatique en Asie. Cette année le phénomène est modéré, selon les prévisionnistes de la NASA et de la NOAA, l’agence américaine pour les océans et l’atmosphère.

Les satellites Jason et Aqua de la NASA ont détecté une augmentation générale des températures, accompagnée d’une élévation du niveau de la mer, dans l’océan Pacifique, autour de l’équateur. Ces signes trahissent le retour d’El Niño, qui est un phénomène périodique, revenant tous les 3 à 7 ans, marqué par un réchauffement de l’océan pacifique tropical. Il est associé à des changements de circulation des alizés, les vents qui soufflent normalement de l’Est vers l’Ouest.

Les pluies seront certainement moins importantes sur l’Asie à cause d’El Niño et les Etats-Unis devraient faire des économies de chauffage cet hiver. Les prévisionnistes se demandent cependant si le phénomène va persister. Normalement les effets d’El Niño sont à leur maximum entre novembre et mars.

El Niño, qu’est-ce que c’est ?

L’expression El Niño (signifiant “l’Enfant Jésus” en espagnol) était utilisée à l’origine par les pêcheurs le long des côtes de l’Équateur et du Pérou et s’appliquait à un courant océanique chaud qui apparaît habituellement au moment de Noël pour ne disparaître que quelques mois plus tard. Les poissons sont alors moins abondants pendant ces intervalles chauds, et les pêcheurs souvent en profitent pour réparer leur équipement de pêche et rester avec leurs familles. Certaines années, cependant, l’eau est particulièrement chaude, et l’arrêt de la saison de pêche s’éternise jusqu’à mai ou quelquefois juin. Avec le temps, l’utilisation de l’expression “El Niño” a été réservée à ces intervalles exceptionnellement chauds et marqués, qui non seulement perturbent les vies de ces pêcheurs sud-américains, mais également, apportent des pluies intenses.

Au cours des 40 dernières années, 9 El Niño ont affecté la côte sud américaine. La plupart ont coïncidé avec une augmentation de l’eau de la mer non seulement le long de la côte mais également aux Îles Galápagos, et sur une ceinture qui s’étend environ 8000 km à travers le Pacifique équatorial. Les événements les moins marqués correspondent à une augmentation des températures d’environ 1°C et à un impact mineur sur les pêcheries sud-américaines. Mais les plus violents, comme celui de 1982-83, 1997-98 et 2002 ont non seulement laissé leur empreinte sur la vie marine et le climat locaux, mais aussi sur des conditions climatiques à l’échelle de la planète.

Sept. 2006 et sept. 1997

Commentaires

mardi 06 février 2007

Antoine dit :n'importe quoi !

Y a pas eu d'El nino en 2006 ....

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...