L'HISTOIRE ET LA VIOLETTE ODORANTE

L’Antiquité
La Violette est connue depuis la plus haute antiquité dans le Bassin méditerranéen. L’Ionie est sa résidence divine et la légende se mêle à l’histoire et aux racines grecques puisque le nom de la génisse aimée de Zeus, Io, a donné Ion, Viole, Veieln, Veilchen, Violtje, Violina, Violet, Violette. Les Athéniennes achetaient des bouquets de violettes au coin des rues, dès l’an 400 avant Jésus-Christ et les utilisaient en pommades ou tisanes pour leurs vertus médicinales. Les Romains, qui appelaient les violettes odorantes "violettes de mars" en raison de leur saison de floraison, n’hésitaient pas à les tresser en couronne sur leur tête pour effacer les affres des migraines provoquées par leurs libations.

Le Moyen Age et la Renaissance
Les fleurs odorantes doubles étaient connues et se sont perpétuées dans les villas romaines, les monastères et les jardins des simples du Moyen Age. En 904, paraît en araméen un texte sur la culture des violettes. Le traité, assez original, révèle l’influence puissante des signes du Zodiaque qui règle l’ordonnance des divers travaux. Chaque rang de plantation était précédé d’un pied de Rue, herbe  dont  l'odeur repousse les prédateurs comme les coléoptères, (doryphore de la pomme de terre), les pucerons , les chenilles, les mouches et aussi les puces.

Le Moyen Age a beaucoup utilisé la violette. Par ailleurs, la Flore de Basilius Besler, botaniste et pharmacien de l’Archevêché d’Eichstâtt en Allemagne, nous présente des planches de violettes d’une surprenante précision au début du XVIe siècle. Les espèces sauvages de la violette de mars, voisinent avec les variétés cultivées à fleurs doubles de la Viola martia ala fiori multiplici albo ou de la purpurea.

Les 17e et 18e siècles
Henri IV, Louis XIII et leurs descendants se parfumaient et se poudralent à la violette pour couvrir les odeurs du corps. Les violettes se retrouvèrent tout naturellement dans le Potager du Roy à Versailles, en bordure des carrés de légumes et, de là, sur les tables du palais. La Quintinye nous a rapporté comment il en élevait certaines variétés de couleur rose, blanche ou bleue sous forme d’arbres pour la gloire du grand Roi, Louis XIV.

 

Le grand botaniste et voyageur Johannes Costaeus nous dit que la violette double et très parfumée, qui fera plus tard la renommée de la Ville Rose (Toulouse) est née dans la lointaine Perse et fleurissait au XVIIe siècle les jardins de la Sublime Porte. Ses fleurs étaient alors aussi grandes que de petits boutons de rose. La violette, dite de Parme, passe par Naples avant de s’installer en 1755 dans la région de Grasse où elle est surtout utilisée en parfumerie. Elle est devenue, par l’habileté des horticulteurs, l’une des fleurs parfaites qui y régnèrent pendant plus d’un siècle. Sa renommée la fit se répandre dans toute l’Europe pour ses fleurs et sa culture devint l’une des plus importantes productions hivernales.

C’est une Viola suavis à fleurs très double, mauve pâle et suavement parfumée. Améliorée sans cesse par la sélection, elle se répand peu à peu dans les grandes maisons d’Europe.

A Paris, pendant la Révolution, les jeunes bouquetières vendant des violettes au coin des rues sont taxées et leur commerce est strictement réglementé, c’est dire à quel point il devait être florissant ! Ici encore, la cueillette sauvage ne suffit plus. La floraison printanière ne satisfait pas la demande croissante, et les chercheurs sélectionnent les fleurs simples aux coloris délicats et aux parfums les plus doux qui fleurissent de plus en plus tôt et de plus en plus tard dans la saison.

 

Le 19e siècle
Napoléon revient de l’Ile d’Elbe sous le signe des Violettes. On cultivait alors les variétés odorantes simples et quelques doubles parfumées ou inodores. Mais très vite apparaît un nouveau type de fleurs, la Quatre saisons, qui fleurit presque toute l’année. De son côté, la Violette de Naples sort des châteaux et des maisons bourgeoises où elle était confinée. Le nom de Violette de Parme lui aurait été donné en l’honneur de l’Impératrice Marie-Louise qui devint duchesse de cette possession autrichienne après la chute de l’Empire français.

Les violettes odorantes se reproduisent assez facilement. Les variétés anciennes sont de race pure et les fleurs fermées et fertiles d’été donnent des graines en abondance. Les plants peuvent être obtenus par éclats ou par boutures. Les Violette de Parme, très doubles et ne donnant pratiquement pas de graines sont reproduites en enracinant leurs nombreux stolons.

En 1820, en Angleterre, le jardinier du Tsar de Russie, Isaac Oldaker, donne des statistiques précises sur sa culture de 400 pots de Violettes napolitaines sur lesquels il récolte 1062 douzaines de fleurs. Les courbes actuelles de rendement et les pics de floraison s’avèrent identiques à ceux qui ont été observés par ce méthodique jardinier. Les échanges internationaux sont intenses et les hybrides de violettes odorantes indigènes à fleurs simples avec des russes et des turques font leur apparition vers le milieu du XIXe siècle. Ce sont les ancêtres de toutes les belles fleurs à grand développement.

Couleur dominante des fleurs odorantes à éperon : violet foncé intense, rarement blanche
Période de floraison : mars-juin
Inflorescence : fleur solitaire à pédoncule glabre et recourbé
Sexualité : hermaphrodite ; ovaire à style crochu
Pollinisation : entomogame, autogame
Fruit -  capsule pubescente


Écologie

Espèce de demi-ombre, de sol frais et bio-indicatrice de sol riche.

Habitat et répartition

Assez commune dans les bois clairs, lisières, haies, pelouses, prairies et bords des chemins
Aire de répartition : européenne à tendance méridionale.


La violette odorante est utilisée en parfumerie. On ne distille toutefois pas les fleurs mais les feuilles. Le produit obtenu possède une note verte, poudrée, légèrement cireuse. La note 'fleur de violette', typique et plus douce est obtenue grâce à des molécules de synthèse.

 

Utilisation alimentaire

Les feuilles riches en mucilages contiennent de la vitamine A, beaucoup de vitamine C, des sels minéraux et des saponines. Les feuilles jeunes peuvent être ajoutées crues aux salades ou les plus vieilles, plus fibreuses, être cuites dans des soupes qu'elles épaississent du fait de leur mucilage4.
Les fleurs servent de décor aux pâtisseries, fraiches ou confites au sucre. Elles sont émollientes, expectorantes, diaphorétiques et laxatives.

Propriétés médicinales

L'infusion de fleurs de violette odorante est sudorifique.

Toutes les violettes ont des propriétés émollientes et expectorantes et ont été employées dans le traitement de maladies respiratoires telles que la bronchite et la coqueluche, encore de nos jours sous forme de pastilles à sucer.

La violette odorante a une longue histoire d'utilisation en herboristerie. Des bains à base de décoction de feuilles donneraient des résultats pour les maladies rhumatismales.

La racine est émétique du fait de la présence de violine.

 

Veuillez patienter ...