Rosé des prés

Rosé des prés

Bien sûr, il faudra le choisir jeune ; sur le tard, avec ses lames noires, il devient moins appétissant et sa finesse ne serait plus au rendez-vous.

 

 

De plus, tout comme le champignon de couche, il pourra être consommé cru en salade, saisi à la poêle ou dans des RECETTES telles que rosés des prés farçis ou tourte aux rosés sans aucune limite de création.

 

Comestibilité : c’est un champignon de très bonne qualité.

 

Rosés des prés farcis

Rosés des prés farcis

Rosé des prés

Meilleur et de qualité supérieure au champignon de Paris ou champignon de couche, l'agaric champêtre est réputé pour être un excellent champignon que presque tout le monde connaît. On le trouve dans les prairies pacagées (vaches, chevaux...) en été et début d'automne après de fortes pluies en cas de chaleur.

 

Caractéristiques :

Le chapeau atteint 2 à 8 cm de diamètre, épais, charnu, globuleux d'abord, longtemps convexe, puis s'étalant ensuite. Marge épaisse, excédentaire, recouvrant le bord des lames, striée sur sa face interne.

Les lames sont libres, séparables, serrées et ventrues, rose pâle sur très jeunes sujets pour très vite foncer en rose vif, brun-rouge puis finalement devenir noirâtre.

Le pied de 2,5 à 5 cm de haut, légèrement cylindrique, renflé au milieu, souvent en pointe à la base, blanchâtre, floconneux dans le haut, porte un anneau simple, mince, blanchâtre.

Sporée brune.

 

La chair est épaisse et ferme, blanche, rosissant à la coupe très faiblement pour ensuite brunir légèrement avec une bonne odeur et une saveur douce.

 

 

Malgré ces caractères assez bien définis, il peut être confondu avec un autre champignon du même genre : l'agaric jaunissant, indigeste à toxique, caractérisé par une odeur désagréable accentuée à la cuisson. En outre l'anneau est persistant, la base est légèrement bulbeuse, et surtout la chair ne rosit pas mais jaunit à la cassure (à l'origine du nom : agaric jaunissant)