Modifié le 9/11/2014 - Crée le 11/07/2009

La déforestation de la planète

La déforestation de la planète

Continents ayant connu des changements de superficie forestière entre 2000 et 2005.

Les surfaces en rouge signalent une réduction supérieure à 0,5 % par an.

 

  • Amérique du nord : Si le couvert forestier diminue au Mexique, il est stable, voire en légère augmentation aux Etats-Unis et au Canada.

 

  •  Amérique latine et Caraïbes : En 15 ans près de 64 millions d’hectares ont disparu. Tous les pays en sont victimes à l’exception du Chili, de l’Uruguay et de la zone des Caraïbes.

 

  • Europe : Le couvert forestier est en croissance malgré les feux, les tempêtes et les insectes ravageurs.

 

  •  Afrique : Elle a perdu chaque année 4 millions d’hectares de forêts, convertis en zones agricoles. La déforestation devrait se poursuivre hélas au même rythme dans les années à venir si des mesures ne sont pas prises.

 

  •  Asie et Pacifique : La région comptait 764 millions d’hectares de forêts en 2005. Chaque année, 3,7 millions d’hectares de forêts disparaissent au profit des cultures commerciales, notamment le palmier à huile destiné à satisfaire la demande en biocarburant.

Parce que des millions d'hectares de forêts disparaissent chaque année avec des conséquences dramatiques pour l’environnement, une campagne mondiale avait été lancée par les Nations unies pour le reboisement. Objectif : planter entre 2006 et avant fin 2009 six milliards sept cents millions d’arbres… soit un arbre pour chaque habitant de la planète.
Chaque année, 13 millions d’hectares de forêts disparaissent et par le passé, des peuples et des civilisations ont disparu pour n’avoir pas su préserver leur végétation. Ce péril qui nous guette doit réveiller les consciences car il n’est pas trop tard pour agir.

L'arbre source de vie

L’arbre produit de l’oxygène, en moyenne pour quatre personnes, selon son essence. Ses racines fixent les sols, retiennent et purifient l’eau en captant les polluants. Une terre sans arbres s’assèche et la moindre pluie la lessive et l’appauvrit. Ses feuilles fertilisent les sols, ses ramures freinent les vents, retiennent l’humidité de l’air et interviennent dans la régulation du climat.


La forêt est l’habitat d’un monde végétal et animal qui représente plus de 50 % de la biodiversité et ce monde régresse au même rythme que les surfaces boisées. Celles-ci, bien gérées sont aussi source de richesses. Elles produisent de quoi se chauffer, s’abriter, se soigner (plantes médicinales) se nourrir, que ce soit par leurs fruits ou les fruits du travail qu’elles peuvent fournir. Selon les Nations unies un milliard de personnes dépendent intégralement de la forêt pour leur survie. Dans le dernier rapport 2009 de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) elle affirme qu’une meilleure gestion des forêts permettrait de créer 10 millions d’emplois dans le monde, dans la lutte contre les incendies, la remise en état et la plantation d’arbres, le développement et la maintenance de sites de loisirs.
 
De plus, l’arbre est un puits de carbone. Il se nourrit de ce gaz pour produire de l’oxygène, un rôle essentiel en cette période de réchauffement climatique du aux émissions de dioxyde de carbone. Mais les arbres sont particulièrement sensibles à la sécheresse, qui devrait, selon les prévisions, augmenter dans les régions tropicales avec ce réchauffement. De ce fait, on envisage la disparition  « naturelle » de certaines forêts et  ce serait une vraie catastrophe parce qu’un arbre mort rejette le carbone qu’il a emmagasiné ! Donc il faut vite reboiser pour réduire les émissions de carbone.

Selon les experts, 20 %  des émissions de carbone proviennent de la déforestation. C’est ainsi que l’Indonésie se trouve propulsée au troisième rang mondial en termes d’émissions de gaz à effet de serre et le Brésil en quatrième position par la destruction de leurs forêts.

Le recul des surfaces boisées contribue au réchauffement du climat et nous entrons dans un terrible engrenage : le réchauffement induit sécheresses,  incendies, tempêtes… ce qui ne peut que fragiliser les forêts, y compris celles gérées durablement.

Faut-il désespérer ? Non, parce qu’avec ce geste simple de planter un arbre… 6 milliards d’arbres... nous avons l’un des remèdes pour contrer les catastrophes ; ce geste peut ne sembler que symbolique parce qu’il faudrait replanter dix fois plus peut-être  pour changer la face du monde mais c’est une bonne initiative qui pourrait engendrer des comportements plus positifs.

(Feux de forêt Madagascar - Crédit photo L. Tarnaud)

Des chefs d'Etat tels que les présidents de l'Indonésie, des Maldives, du Mexique, de la Turquie et du Turkménistan ainsi que des entreprises, des mairies, des groupes de jeunes, des fermiers, des associations, ont participé avec enthousiasme à la campagne.

La moitié des participants sont des personnes individuelles qui plantent un à trois arbres dans leur jardin.

  • En Uttar Pradesh (Inde), 10,5 millions d'arbres ont été plantés, en une seule journée.
  • Plus de 35 millions de jeunes en Turquie ont été mobilisés pour planter des arbres.
  • 500.000 écoliers en Afrique sub-saharienne et au Royaume-Uni ont forgé une alliance pour planter des arbres.

C’est pourquoi il faut planter des arbres partout où la situation l’exige, partout où le sol meurt, partout où la régénération naturelle est insuffisante. Il est nécessaire de stopper la déforestation sauvage et une prise de conscience semble émerger. Le gouvernement brésilien a annoncé qu’il se fixait pour objectif de réduire de 70 % sa déforestation d’ici à 2018. Un espoir, le sommet de Copenhague, fin 2009, permettra peut-être de voir une nouvelle stratégie mondiale de protection des forêts.


Une des mesures débattues sera la mise en œuvre de compensations ou de dédommagements accordés aux pays en voie de développement qui protègeront leurs forêts d’une exploitation irraisonnée, souvent vitale pour leur population, mais fatale pour tous.

Commentaires

Auteur *
Titre *
Email (ne sera pas utilisé à des fins commerciales et ne sera pas visible sur le site)

* champs obligatoires