Historique de l'aquaculture en Norvège

Quarante espèces de saumons provenant de la côte norvégienne représentent le point de départ. Au début de l'élevage de poissons, il y a plus de 30 ans, les œufs et les laitances de plusieurs espèces de saumons ont été prélevés afin de créer la matière génétique nécessaire au saumon d'élevage norvégien. L'élevage systématique a permis le croisement entre les espèces les plus résistantes aux maladies et les saumons qui ont fait preuve d'une capacité d'adaptation à la vie dans une cage de mer au sein d'un centre de pisciculture. D'autres caractéristiques incluent la croissance rapide, la couleur, la teneur en matière grasse et la forme.

L'aquaculture du Saumon de Norvège est une industrie jeune, seulement 9 générations de poissons ont été utilisées depuis sa création.

Quelque 790.000 saumons et truites s'étaient échappés des centres d'élevage norvégiens en 2006, un phénomène en hausse  qui menace sérieusement les poissons sauvages.

Le laxisme des éleveurs est "un acte criminel qui doit être sanctionné au même titre qu'un hold-up ou un viol", avait déclaréle directeur de la Direction de la pêche, Peter Gullestad.
Les poissons qui s'échappent portent des parasites comme le pou du saumon qui pose de sérieux problèmes à l'industrie de l'aquaculture. Ils risquent en s'échappant de transmettre des maladies mettant en péril la faune des fjords et des rivières, dont les saumons sauvages. "C'est dramatique, on peut parler d'un nettoyage génétique des saumons sauvages". Sur 75 élevages contrôlés par la Direction de la pêche, 39 n'étaient pas aux normes.
(source France infos)

Fiche du saumon Atlantique

Carte de répartition d'élevage du saumon "Atlantique" dans le monde (à gauche)

Nom
: Saumon Atlantique
Nom scientifique : Salmo salar (Linné, 1758), famille des salmonidés, originaire d'Europe, du Canada et de l'Atlantique nord
Autres salmonidés de mer en France : la truite arc-ciel (Onchorhynchus myskiss) (principalement produite en eau douce),
et la truite fario (Salmo trutta fario)
Taille : Saumon - taille maximale de 1,20 m à 1,50 m selon le sexe, poids maximal de 23 kg, longévité de 13 ans (dans le milieu naturel)

Les marchés

L'Union Européenne est le marché le plus important en matière de saumons et de truites. Au sein de l'Union Européenne,  la majorité des saumons est exportée vers le Danemark, essentiellement parce que le Danemark prend part au traitement du saumon à grande échelle. Les autres marchés importants dans l'Union Européenne sont la France, l'Allemagne et le Royaume Uni.  En France on consomme du saumon fumé et sous certaines autres formes cuisinées telles que darnes grillées, poisson cuit chaud en sauce ou froid mayonnaise et  des tourtes. Les oeufs de saumon ne sont pas non plus dédaignés. Les Japonais sont également de grands consommateurs de poissons norvégiens.

Le poisson et les fruits de mer sont à la mode et les demandes qui s'y rapportent sont croissantes dans le monde entier. Le Saumon de Norvège gagne de plus en plus de marchés chaque jour. Le saumon se mange cru sous forme de sushi au Japon. C'est un poisson « porte-bonheur » en Chine et un repas de fête en Russie. Dans des pays tels que la Pologne et Singapour, le Saumon de Norvège apparaît de plus en plus souvent dans les assiettes.

Tous les poissons exportés depuis la Norvège sont marqués de leur lieu d'origine. Conformément aux règlementations européennes, ils doivent également être identifiés en tant que poissons d'élevage ou poissons sauvages.

Lutte contre les maladies

L'industrie d'aquaculture norvégienne a connu un sérieux échec à la fin des années 80, suite à une série de débuts de maladies. Cette crise a entraîné la mise en place d'un projet de recherche à grande échelle : le Programme "Poisson en Bonne Santé" qui a abouti à un programme de vaccination pour les saumons d'élevage norvégiens et à la disparition des maladies telles que la vibriose des eaux froides. On a également arrêté l'utilisation des antibiotiques dans l'aquaculture norvégienne.
Les saumons sont maintenant les animaux domestiqués les plus sains de Norvège et sont, par ailleurs, plus sains que les êtres humains en terme de consommation de médicaments ! Alors qu'un norvégien sur deux prend des antibiotiques au cours d'une année, les chiffres correspondants pour les bovins sont de 1 sur 5 et pour les saumons de seulement 1 sur 200.

La consommation d'antibiotiques a été réduite de 96% au cours des dix dernières années, au moment même où la quantité de saumons et de truites élevés a augmenté de 359 %.

Poux du saumon

Maintenant que nous avons abordé les problèmes liés aux maladies dans l'industrie de l'aquaculture, nous pouvons parler du pou du saumon qui est l'un des défis les plus sérieux toujours présent dans cette industrie. Les poux du saumon sont des parasites qui apparaissent naturellement aussi bien chez les saumons d'élevage que chez les saumons sauvages mais, même s'ils font naturellement partie de la faune, ils sont nuisibles pour le poisson et font baisser sa qualité. Beaucoup d'éleveurs élevent donc d'autres espèces de poissons, les girelles, avec leurs saumons. Les girelles mangent les poux du saumon et permettent de résoudre le problème de manière naturelle.

Plusieurs méthodes ont été mises en œuvre pour diminuer les problèmes causés par les poux du saumon. La mesure la plus importante consiste en une inspection régulière du poisson ; les poissons sont extraits individuellement de leur parc de mer, anesthésiés, afin de compter le nombre de poux sur leur corps. Si plus d'un pou femelle sexuellement mature est trouvé sur un poisson sur deux, les mesures de traitement sont mises en œuvre.

De nos jours, la méthode habituelle de traitement des poux du saumon consiste à immerger le saumon dans un bain anti-poux. Quelques éleveurs font aussi suivre des traitements médicamenteux contre les poux à leurs poissons mais ceci ne s'utilise qu'avec des saumons de plus d'un an. Le fait de changer le type de traitement aide à éviter que les poux développent une résistance à une forme particulière de traitement. (Source: Fondation Rubin)

Commentaires

jeudi 25 novembre 2010

Webmaster S.V. dit :2006

Je rappelle que cet article date de 2006...

mercredi 30 juin 2010

Webmaster S.V. dit :RE

Vous confondez... j'anime mon site et j'écris des articles sur différents sujets MAIS je n'élève pas de saumons ! Relisez le premier paragraphe de cet article qui DENONCE justement ces pratiques "C'est dramatique, on peut parler d'un nettoyage génétique des saumons sauvages" mais surtout explique comment se déroule le mode d'élevage...

mercredi 30 juin 2010

Paulo dit :GRR

je deteste ces élevages de saumon ! déjà que avec les pesticides que vous mettez dans les cages pour que les saumons soient plus gros et pour empêcher le poux de se mettre sur eux, ça les rends dégueulasse et vous nous les donnez à manger pour la population ! même les éleveurs eux même ne les manges pas ! c'est une honte !!

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...