Agriculture bretonne autrefois

Le paysage naturel des Landes bretonnes est intégré dans l'agriculture et l'élevage :

le genêt broyé sert de nourriture aux vaches (pie noire) et l'ajonc pilé est donné aux chevaux.

Le cheval est largement utilisé dans les travaux agricoles (grandes foires du Léon).

Le climat pluvieux abreuve de nombreuses prairies.

L'élevage très abondant permet la production de fumier qui alimente une agriculture productive.

Le Sarrazin ou blé noir est l'aliment de base, les autres céréales nobles (blé, froment, orge, seigle) sont exportées vers l'Espagne, le Portugal, les Flandres ou le reste de la France.

La Bretagne est le premier grenier à blé de l'Europe.

 

 

Les moutons étaient partout, ils assuraient la fertilisation des terres et au 18e siècle plusieurs bergeries nationales virent le jour. Il faut dire que les débouchés offerts étaient doubles : laine et viande, la laine alimentant une industrie textile naissante et surtout croissante.


Chèvres et porcs, très nombreux au moyen-âge, ont souffert de la fermeture des forêts et de la restriction de la glandée et à la fin du 18e siècle les effectifs s'étaient considérablement réduits ne subsistant plus que pour un usage domestique.


La production d'animaux de basse-cour, modeste, alimentait surtout les marchés locaux ou ravitaillait les marchands-coquetiers, les abeilles produisaient cire et miel (sucre de l'époque), quant aux lapins ce n'est que bien plus tard (19e siècle) qu'ils firent l'objet d'un élevage domestique.

Sous l'ancien régime les motifs de révoltes populaires n'ont pas manqués. Souvent de courte durée ces mouvements n'en étaient pas moins violents et fréquents surtout lorsque plusieurs facteurs aggravants se conjuguaient (épidémies, inflation, tensions religieuses, nouvel impôt, présence de troupes ou de bandes armées).

Colbert (ministre des finances) recherche de nouvelles taxes et de nouveaux délits pour faire payer les personnes. Les bretons sont mécontents. La révolte continue!!! Les conséquences : Le résultat de cette révolte fut très rude... Les dragons (chevaliers) envoyé par le roi punirent les paysans en leur infligeant : des amendes ; clochers détruits. (Pour la petite histoire, il parait qu'en signe de mécontentement les Bigoudènes modifièrent leur coiffe et celle-ci prit de la hauteur pour remplacer les clochers détruits ! )

Il est incontestable que les privations appellent les excès. Or, même au sein du superflu, personne plus que le paysan breton ne se prive du nécessaire. Dans plusieurs cantons, les cultivateurs ont leurs celliers remplis de barrique de cidre. Eh bien, excepté lorsqu’il sort du pressoir, ils n’en font jamais leur boisson habituelle, même pendant les chaleurs de l’été et leurs travaux les plus rudes. Ils le vendent en totalité, et il faut, pour qu’ils le touchent, quelque circonstance extraordinaire (un évènement familial, une fête paroissiale, la grand’messe du dimanche, une foire, une sortie en ville, une transaction commerciale, un retour de pêche…). Hors de là, ils ne boivent que de l’eau chez eux. Aussi,lorsque leurs affaires les appellent à la ville ou les rapprochent d’un cabaret, se dédommagent-ils amplement de leur sobriété ordinaire, ce qui leur fit une mauvaise réputation injustifiée.
(Ci-contre dessin de Lalaisse vers 1845 représentant un couple de bretons avant que les costumes de fête ne  prennent leurs caractéristiques régionales actuellement connues.)

Commentaires

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...