Conseils

- Ne pas jeter vos tontes de gazon. En couche mince au pied des fruitiers, c'est un bon paillage qui limite l'évaporation de l'eau.

- Apporter beaucoup d'eau sinon les racines se développeront en surface aux dépens des racines profondes avec une plus grande vulnérabilité à la sécheresse.

- Ne pas arroser le matin ou en plein soleil, une partie de l'eau se perd par évaporation et vous risquez de "brûler" les feuillages.

- Ne pas tout arroser par aspersion car gaspillage et mauvaises herbes garantis. Préférez l'arrosoir ou le goutte à goutte.

Arrosage de l'été

Ni trop, pour ne pas gaspiller l'eau et notre énergie, ni trop peu, pour ne pas sacrifier la santé et la beauté de nos plantes...

L'arrosage est un art qui se pratique tout en finesse, car les différents espaces du jardin (gazon, arbustes, plates-bandes, potager...) ne requièrent pas les mêmes apports d'eau. Selon la profondeur de leur enracinement, la surface de leur feuillage, la rapidité de leur croissance, leurs éventuelles réserves d'eau, les végétaux se révèlent sobres ou gourmands.


Le climat du lieu est évidemment lui aussi déterminant : si l'arrosage est crucial sur le pourtour méditerranéen, sur la façade atlantique, il l'est moins dans le Nord-Ouest et en moyenne montagne. De même, l'apport d'eau n'a pas le même caractère vital en présence d'une nappe à faible profondeur.


Laissez vos plantes "s'endurcir" et développer des racines pour aller chercher l'eau elles-mêmes.

Zéro arrosage

  • Les plantes grasses : elles se contentent de l'eau de pluie.
  • Les arbres : sauf les jeunes qui ne sont pas enracinés depuis longtemps.
  • Les aromatiques : celles à feuillage coriace (genre thym, romarin..) elles se contentent de l'eau du ciel.
  • Les fruitiers : soit ils font face tout seuls à la sécheresse de l'été, grâce à la présence d'eau à faible profondeur, soit on doit les irriguer en permanence. Les plus sensibles au manque d'eau sont le pêcher, le poirier, le pommier, le framboisier, les agrumes  et le groseiller. En revanche, abricotier, cerisier, prunier, vigne, amandier et figuier sont adaptés aux sols secs.

Un arrosage de secours

  • Les sujets plantés depuis moins de deux ans sont encore vulnérables car leurs racines n'ont pas atteint leur plein développement.
  • Certaines vivaces gourmandes en eau (canna, dahlia, pied-d'alouette, marguerite, lupin, phlox...) sont concernées. Un arrosage copieux tous les deux ou trois jours, les aidera à passer le cap.
  • Les rosiers sont pénalisés sans aucun doute : la "remontée" de floraison est moindre. Il faut donc les traiter comme de jeunes arbustes.

Un arrosage tous les 2 - 3 jours

  • Les fleurs annuelles les plus gourmandes (roses d'Inde, pétunias...) et les plantes de terre de bruyère (rhododendrons, azalées etc...)
  • Les légumes, du moins ceux qui fabriquent beaucoup de feuilles avec peu de racines. Ce sont de vrais soiffards ! Mais pas d'eau pour ceux qui sont en cours de maturation (oignons, échalotes, pommes de terre).
  • Les cannas. Les bulbes sont en général peu demandeurs d'eau mais il existe cependant quelques exceptions. Les cannas  d'origine sud-américaine en font partie ; plus ils ont d'eau à disposition et plus leur feuillage s'épanouit.

Un arrosage tous les jours

Les jardinières :
Beaucoup de racines dans un faible volume de terre, le tout exposé au soleil et à l'air sec. Jardinières, potées, paniers suspendus doivent quotidiennement recevoir 1 litre d'eau environ sauf s'ils hébergent les plantes sobres évoquées plus haut.
Utilisez un petit arrosoir muni d'un long bec fin pour une meilleure répartition du liquide et apporter l'eau à travers la masse du feuillage.

Commentaires

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...