Récolte des faines

Le commerce des graines est réglementé par des directives européennes. Ainsi, pour les grandes espèces forestières (hêtre, chêne, douglas, épicéa, ...), les récoltes ne peuvent être faites que dans des peuplements agréés à cet effet. Ils sont appelés peuplements à graines. Ces derniers ont été sélectionnés pour leur supériorité phénotypique pour divers caractères : productivité, forme, adaptation, ... La volonté  est de récolter uniquement dans ces peuplements à graines même pour des espèces forestières dont la législation n’est pas aussi contraignante (érable, frêne, merisier, ...)

La récolte au sol est réalisée soit manuellement, soit à l’aide de filets étendus sous la cime des plus beaux arbres.

Dans la plupart des forêts du tiers nord de la France, où le hêtre tient une place essentielle, les régénérations naturelles sont souvent aléatoires. La rareté des semenciers, la médiocrité des semis naturels, les hivers trop doux, les dégâts de gibier peuvent les compromettre. Il faut alors recueillir des semences qui serviront à la régénération artificielle. Les semis directs aboutissant presque systématiquement à un échec, les graines servent à la production de plants en pépinière.
Toutefois la production de faînes est irrégulière. Les gelées tardives comme les pluies excessives de printemps peuvent réduire à néant toute fructification. (Le hêtre ne fournit une bonne fainée qu'une année sur quatre ou cinq).


A l'automne, les semences sont récoltées sur bâches, triées pour éliminer les feuilles et les brindilles, stockées dans des sacs de jute puis étiquetées et expédiées dans une sécherie pour traiter et conserver les semences destinées en priorité à l'approvisionnement des forêts publiques.

Toutes les récoltes sont réalisées sur un grand nombre d’arbres semenciers afin d’assurer la meilleure diversité génétique possible aux lots de semences. La régénération naturelle pourra être engagée pour les boisements issus de ces graines sans risque de consanguinité pour les générations futures.

Les graines feuillues nécessitent également un nettoyage et un tri, mais très souvent simplifiés. Leur traitement peut être rendu plus délicat par leur sensibilité à la déshydratation ou aux agents pathogènes. Par exemple, les faines doivent être déshydratées à faible température (20°C) et les glands du chêne ne peuvent être séchés, ce qui les rend sensibles aux champignons. Ils sont ainsi désinfectés dans des cuves d’eau maintenue à 41°C durant 2h30. Par ailleurs, les graines feuillues possèdent souvent une dormance (les graines ne germent pas ou alors irrégulièrement lors d’un semis direct au printemps), qu’il faut lever par un traitement au froid humide ou par une alternance de phases chaudes et froides. Ainsi traitée, la graine peut alors être semée directement par le pépiniériste.

Commentaires

Auteur
*
Email (Invisible sur le site)
*
Titre
*
Message
Veuillez patienter ...